Agrandir Diminuer Imprimer la page Envoyer par courriel  
 

Experts de l'AERES

Les missions dévolues à l’AERES par le législateur requièrent l’intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité est une richesse de l’agence qui nécessite en retour d'assurer la cohérence des procédures d’évaluation et de garantir l’égalité de traitement des structures évaluées.

 

Qualités attendues

Processus de désignation

Formation

Rôle de l’expert

Au cours de l’évaluation, organisée par un délégué scientifique et, le cas échéant, un chargé de projet, il est attendu de l’expert :

  • qu’il prenne connaissance de l’ensemble de la documentation remise par l’AERES
  • qu’il participe à la visite sur site pour l’expertise des établissements, des unités de recherche et des écoles doctorales, ou aux réunions de comité à l’agence pour les licences et masters
  • qu’il prenne part à toutes les réunions de préparation et de restitution de l’expertise
  • qu’il apporte sa contribution au projet de rapport d’évaluation.

En plus des responsabilités qui sont les siennes en tant qu’expert, le président du comité doit aussi :

  • animer et coordonner les travaux du comité en s’assurant de la mise en oeuvre des procédures de l’agence
  • rédiger le projet de rapport à partir des contributions des experts
  • participer aux réunions de notation / cotation pour la section des unités

Les interventions de l'expert sont encadrées par la charte de l’évaluation et les règles de déontologie de l’agence. L’expert doit procéder à une expertise impartiale et objective. En acceptant sa mission, il s’engage tout particulièrement à respecter strictement les règles de confidentialité et de secret professionnel et notamment à :

  • n’utiliser les informations qui lui sont transmises que dans le cadre et pour les besoins de la mission d’expertise
  • signaler à l’agence, lors de sa désignation comme expert, tout élément, de fait ou de droit, susceptible d’entraîner une proximité, une communauté ou un conflit d’intérêts.

Conformément au principe de transparence, il accepte que son curriculum vitae soit rendu public sur le site Internet de l’AERES.