Agrandir Diminuer Imprimer la page Envoyer par courriel  
 

Ecoles doctorales : critères d’évaluation

Enjeux et objectifs

Les écoles doctorales (ED) s’inscrivent dans l’offre de formation de niveau bac + 8 dans une grande discipline (ou une partie importante de celle-ci) ou dans un champ pluridisciplinaire. Elles s’appuient sur des points forts en recherche et s’ouvrent au niveau national voire international.

Les ED ont pour mission d’assurer aux étudiants une formation par la recherche débouchant sur une insertion professionnelle de niveau doctorat, en secteur académique ou en secteur privé. Elles se positionnent d’abord dans la politique de l’établissement ou des établissements concernés, par exemple au sein d’un collège doctoral.

Evaluation des écoles doctorales

L’évaluation d’une école doctorale par l’AERES intervient nécessairement après son autoévaluation par les établissements concernés. Cette autoévaluation a pour finalité d’inscrire chaque ED dans la stratégie de ces établissements et dans leurs objectifs affichés. Elle permet également à chaque ED de participer à une offre globale lisible et cohérente, et de tirer parti des dispositifs support mis à sa disposition. Dans le respect de l’autonomie, les modalités de cette autoévaluation relèvent des établissements concernés et du système d’assurance qualité mis en place dans le cadre de la revue périodique des formations.

Le « document de politique en matière de formation » (déposé une seule fois au niveau « Etablissement ») accompagne l’ensemble des dossiers et comporte une rubrique spécifique pour la formation doctorale.

Trois critères sont appliqués pour l’évaluation :

  • Fonctionnement et adossement scientifique

Toute école doctorale s’appuie sur un conseil dont la constitution doit être conforme à l’arrêté du 7 août 2006. Il se réunit périodiquement, pour mettre en place une politique de fonctionnement adaptée aux objectifs de recrutement, de formation, de suivi des doctorants et d’intégration des docteurs. L’ED dispose des moyens matériels (locaux) et humains (secrétariat) nécessaires pour assurer efficacement son fonctionnement et sa gestion. La mesure de l’adéquation de ces moyens prend en considération plusieurs paramètres, dont le nombre de doctorants, le périmètre thématique de l’école, le nombre de laboratoires et le potentiel d’encadrement. La mise en place d’un site Web fonctionnel et d’usage aisé pour les doctorants et les chercheurs/enseignants-chercheurs de l’ED est un élément déterminant pour la gestion et la communication.

La politique de l’école doctorale concernant le recrutement des doctorants, l’attribution des financements de thèse, les conditions requises pour la soutenance et le choix du jury, fait l’objet d’une réflexion globale, au sein de l’ED (ou du collège ou département d’ED, ou du PRES), en concertation avec les établissements concernés. Les processus sont explicites et accessibles pour tout étudiant diplômé d’un master et pour les étudiants de l’ED. Tout étudiant bénéficie d’un financement suffisant pour préparer son doctorat dans de bonnes conditions. La politique d’ouverture à l’international est explicite et adaptée pour assurer l’accueil de doctorants étrangers et le séjour de doctorants à l’étranger.

Le sentiment d’appartenance des doctorants à une école doctorale traduit souvent son bon fonctionnement. Il peut notamment se mesurer au travers des procédures administratives (accès au concours de recrutement, inscription, journée de rentrée, etc.), des activités de recherche au sens large (intégration dans un laboratoire de l’ED, connaissances des compétences développées au sein des autres structures de recherche auxquelles s’adosse l’ED, etc.), ou de la communication et des échanges entre doctorants (dans le cadre de journées de l’ED, des formations, de cycles de conférences, etc.).

Une école doctorale s’appuie sur un ensemble d’unités de recherche dont l’évaluation précède celle des ED. En tant que structures d’accueil des doctorants, ces unités participent à leur formation scientifique et technique. Leur qualité constitue une condition nécessaire, mais non suffisante pour garantir la qualité de l’ED. L’investissement des laboratoires est un élément essentiel pour le fonctionnement de l’ED (conseil, journées scientifiques, etc.) et la préparation des futurs docteurs pour la poursuite de leur carrière (encadrement et formations).

  • Encadrement et formation

Le travail de chaque doctorant est supervisé par un directeur de thèse qui le guide au cours de sa formation jusqu’à la soutenance. Il oriente son choix dans les formations dispensées au sein de l’école afin de préparer son insertion professionnelle. Pour être efficace, cet encadrement suppose une certaine disponibilité du directeur de thèse et un nombre raisonnable de doctorants sous sa responsabilité. De leur côté, les doctorants doivent s’investir dans leurs projets, acquérir de manière progressive une certaine autonomie dans leur travail, participer aux tâches collectives du laboratoire, etc.

En s’inscrivant dans la continuité des formations universitaires antérieures, l’ED fournit aux doctorants les moyens théoriques et pratiques leur permettant de s’insérer dans la société, au niveau correspondant à leur qualification, que ce soit dans le secteur privé ou dans le domaine académique. Accessible pour l’ensemble des doctorants, le bouquet de formations proposées aux doctorants est clairement organisé, en termes de contenu (connaissances du domaine, aptitudes méthodologiques, d’analyse et d’esprit critique, etc.) et de volume horaire demandé aux doctorants.