Agrandir Diminuer Imprimer la page Envoyer par courriel  
 

Licences : critères d’évaluation

Enjeux et objectifs

Une mention de licence s’inscrit dans l’offre de formation de l’établissement, se positionne par rapport aux poursuites d’études possibles et favorise l’insertion professionnelle des diplômés. Elle est construite de manière progressive et ouverte pour permettre à une grande diversité d’étudiants de suivre une réelle variété de parcours de formation, en formation initiale ou continue, et pour faciliter une réorientation éventuelle. L’organisation pédagogique et logistique de la mention est clairement établie, y compris et surtout en cas de délocalisation et de présence à l’international.

Evaluation des licences

L’évaluation d’une formation par l’AERES intervient nécessairement après son autoévaluation par l’établissement. Cette autoévaluation a pour finalité de positionner chaque formation au regard de la stratégie de l’établissement et dans ses objectifs affichés. Elle permet de situer chaque formation dans l’offre globale, dans sa lisibilité et dans sa cohérence. Enfin elle permet à l’établissement de détecter les éléments de qualité ou de non qualité de ses formations et comment celles-ci tirent parti des dispositifs mis à leur disposition.

4 critères sont appliqués pour l’évaluation :

  • Le projet pédagogique : la mention de licence permet d’acquérir les connaissances et compétences attendues à l’issue de la formation. Celles-ci sont précisément exprimées dans le dossier de présentation de la formation, y compris dans une fiche RNCP, et traduites dans un projet pédagogique construit en 6 semestres et respectant les principes d’orientation et de spécialisation progressive d’une licence LMD (L1 généraliste, L2 consolidation, L3 spécialisation). Une mention organisée en différents parcours affiche son contenu avec une précision suffisante (volumes horaires, contenus, modalités d’attribution des crédits, enseignements d’ouverture, acquisition de compétences additionnelles, transversales et préprofessionnelles) ainsi que les procédures d’évaluation des enseignements.
  • Les dispositifs d'aide à la réussite : les dispositifs d’aide à la réussite apportent aux étudiants les informations qui leur seront nécessaires tout au long de leur cursus, des enseignements de mise à niveau et de méthodologie et un tutorat adapté ; ils favorisent leur (ré)orientation, la mobilité (internationale ou nationale) et la mise en situation professionnelle (stages, initiation à la recherche, etc.).
  • L’insertion professionnelle et poursuite des études choisies : la formation est construite de manière à offrir aux étudiants l’alternative entre l’insertion professionnelle ou la poursuite des études choisies vers des licences professionnelles, des masters ou des écoles. Cela se traduit par une préparation à l’orientation et par l’aide à l’élaboration d’un projet professionnel. L’ouverture sur le monde professionnel est réalisée grâce à la participation d’intervenants extérieurs professionnels, une offre diversifiée de stages et/ou la formation par l’apprentissage. Ces aspects imposent que les établissements connaissent précisément le devenir de leurs étudiants (diplômés ou non) et le détaillent dans un bilan actualisé.
  • Le pilotage de la formation : le pilotage de la mention est assuré par une équipe diversifiée (disciplines, statuts, etc.) dont la désignation, les compétences et le fonctionnement sont clairement établis. Cette équipe comprend des intervenants extérieurs dont le niveau de compétence et de responsabilité dans le milieu socio-économique répond aux exigences de la formation. Le pilotage s’appuie sur l’existence d’un conseil de perfectionnement (ou toute structure similaire) et sur les données collectées (origine, suivi, devenir des étudiants, etc.) ; ces données, ainsi que les résultats des différents processus d’évaluation (des étudiants, par les étudiants, autoévaluation, évaluations antérieures de l’AERES), permettent de procéder à un examen régulier du projet pédagogique (ainsi que des documents de référence tels que les fiches RNCP, ou les ADD) et des modalités de sa mise en œuvre afin si nécessaire d’y apporter des améliorations. Tant les dispositifs d’information aux lycéens que les actions de valorisation sont diversifiés.