Agrandir Diminuer Imprimer la page Envoyer par courriel  
 

Licences professionnelles : critères d’évaluation

Enjeux et objectifs

Une spécialité de licence professionnelle s’inscrit à la fois dans l’offre de formation de l’établissement et dans le contexte économique, social, régional et national. Son objectif d’insertion professionnelle immédiate impose la vigilance au niveau du recrutement, un projet pédagogique tourné vers l’acquisition de compétences professionnelles et une forte intégration des milieux professionnels dans la formation. Elle intégre dans son organisation pédagogique les exigences éventuelles de la formation en alternance et/ou de la formation tout au long de la vie.

Evaluation des licences professionnelles

L’évaluation d’une formation par l’AERES intervient nécessairement après son autoévaluation par l’établissement. Cette autoévaluation a pour finalité de positionner chaque formation au regard de la stratégie de l’établissement et dans ses objectifs affichés. Elle permet de situer chaque formation dans l’offre globale, dans sa lisibilité et dans sa cohérence. Enfin elle permet à l’établissement de détecter les éléments de qualité ou de non qualité de ses formations et comment celles-ci tirent parti des dispositifs mis à leur disposition.

4 critères sont appliqués pour l’évaluation :

  • Le projet pédagogique : les contenus et les modalités d’enseignement et d’évaluation sont en adéquation avec les exigences en termes de compétences liées aux métiers visés. Ils sont précisément décrits dans le dossier de présentation de la formation et dans une fiche RNCP, y compris et surtout dans la mise en oeuvre d’une démarche projet, d’une politique des stages et de certifications de compétences. Ces dernières peuvent être proposées en cours de formation ou délivrées par des branches professionnelles ou autres organismes en lien avec l’obtention du diplôme.
  • Le lien avec les milieux professionnels : au-delà du respect du minimum de 25 % des enseignements assurés par des intervenants professionnels, il est essentiel que ces enseignements fassent partie du « cœur de métier » et soient assurés par de « vrais professionnels ». Le projet pédagogique prévoit l’implication du monde professionnel dans l’ensemble du processus de formation, et la dimension des partenariats professionnels atteste de l’intégration de la formation dans le contexte économique local, régional, voire national.
  • L’insertion professionnelle : l’objectif premier étant l’insertion professionnelle directe et rapide des diplômés, le taux de poursuites d’études immédiates est donc faible. La mesure de la qualité de cette insertion doit être réalisée. Elle s’appuie sur des données quantitatives (enquêtes nationales, enquêtes de l’observatoire de l’établissement, enquêtes propres aux équipes pédagogiques), qualitatives (listes d’emplois et entreprises) et fiables (protocoles d’enquête et taux de réponses) ainsi que sur leur analyse par l’équipe pédagogique, le conseil de perfectionnement et l’établissement.
  • Le pilotage de la formation : le pilotage de la spécialité est assuré par une équipe de formation diversifiée, dont la désignation, les compétences et le fonctionnement sont clairement établis. Cette équipe comprend des intervenants extérieurs dont le niveau de compétence et de responsabilité dans le milieu socio-économique répond aux exigences de la formation. Le pilotage s’appuie sur l’existence d’un conseil de perfectionnement (ou toute structure similaire) et sur les données collectées (origine, suivi, devenir des étudiants, etc.) ; ces données, ainsi que les résultats des différents processus d’évaluation (des étudiants, par les étudiants, autoévaluation), permettent de procéder à un examen régulier du projet pédagogique (ainsi que des documents de référence tels que les fiches RNCP, ou les ADD) et des modalités de sa mise en œuvre afin si nécessaire d’y apporter des améliorations.